Bienvenue au pays de « y en a marre » #Mondochallenge

Nous sommes au pays des léopards, en République démocratique du Congo (RDC). Ici, l’ennui est le mot qui caractérise le quotidien de tout un peuple. Face à ce phénomène, chacun s’en sort à sa manière, proposant des solutions aussi bien adaptées que différentes.

Les mouvements citoyens

De 2001 à aujourd’hui, cela fait désormais 16 ans que la population ne voit qu’un seul homme à la tête de leur pays. Certains vont jusqu’à croire que son nom serait synonyme du mot « président« , voilà pourquoi il ne quitte jamais le pouvoir.

Fatigués de ne voir que lui, les jeunes de ce pays, qui se nomme tout de même « Démocratique », décident d’aller à la conquête du changement. Pour certains, les plus intellectuels, ils créent des mouvements citoyens exprimant leurs embarras. « Lutte pour le Changement », entend-on par ici, LUCHA. Ou FILIMBI, qui signifie sifflet en swahili, en référence au sifflet synonyme d’arrêt ou de fin de match. Et tant d’autres. À cette liste, s’ajoute le nouveau né, « Ekoki« , créé par les jeunes de la Diaspora de ce pays, pour dire, en français, « ça suffit« .

Derrière tous ces mouvements se cache un désir ardant de se diriger vers le changement, car ce peuple en a marre de ne voir que le même chaos sous leurs yeux.

Les Kuluna

Ah les dangereux ! Désœuvrés pour la plupart, habitant les quartiers populaires de la capitale appelée « Kin-Sachet »(nom donné à la ville en référence aux sacs plastiques qui remplissent ses rivières). Eux, n’ont trouvé, malheureusement, pour solution de lutte contre cet ennui du manque à faire, que les combats de rue et les agressions contre la population.

« Il n’y a pas de boulot dans ce pays, que voulez-vous vous qu’on fasse? » S’exclamait l’un d’eux.

Amateurs de liqueurs et drogues fortes, c’est souvent sous l’ivresse qu’ils agissent au grand-âme de la population. Il est difficile de circuler la nuit dans ces quartiers où ils s’érigent en maître.

Enfin, les politiques

Il se dit souvent dans ce pays que « Ce sont les hommes en cravate qui tuent le pays ».

Chose qui n’est pas totalement fausse. Ici, au pays des léopards, les postes politiques se distribuent au plaisir du président. Qui est ministre  du travail aujourd’hui peut se retrouver, sans surprise, d’une heure à l’autre, ministre des TIC et vis-versa.

Parlant de TIC, il y a quelques années de cela, ennuyé dans son bureau​, car occupé sans en avoir les compétences requises, un vice-ministre passait son temps à faire des « sextapes », des vidéos sexuelles, à l’insu de son chef. Tout le peuple s’est senti indigné à voir un vice-ministre des TIC, faire usage des TIC pour se faire plaisir sexuellement dans son bureau.

Quoique nous soyons toujours à la recherche du mal qui gangrène les habitants de ce pays des léopards, il s’avère que l’ennui y soit l’un des précurseurs majeurs. C’est bien pour lutter contre lui qu’ils expriment en plusieurs langages, leurs désarrois,  selon qu’ils sont intellectuels ou pas, ministre où simple citoyen.  Cette histoire vaut un riche pays, mais pauvre au cœur du continent noir.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *