« Nous remercions le chef de l’état pour… », la phrase préférée des renards du pays.

Sûrement, vous connaissez l’histoire du corbeau  et du renard. Ce que nous vivons au pays du léopard est similaire à cette histoire, sauf qu’ici, il ne s’agit pas d’un renard, mais de plusieurs renards qui jouent aux perroquets. Tous devant  un seul corbeau qui pourrait lui aussi être un léopard.

Imaginez ce que vit ce dernier face tous ces renards. Certains sont docteurs en paroles apaisantes, d’autres experts en diplomatie présidentielle. Des centaines des beaux parleurs face à lui, dans le seul but d’avoir un morceau de son precieux fromage. 

Pour les réconnaitre, c’est simple. Ils ont tous un point commun, une phrase qu’ils apprennent à coeur à chaque rare discours prononcé par le fameux corbeau.  comme des bons perroquets, ils la gardent et la répètent à chaque action. En voici une : « nous remercions le chef de l’état pour… » Des grands travaux aux petits, Tout ce qu’ils font est agrémenté par cette phrase adoucissante temoignant d’une manière flattante l’apport du chef de l’état dans une activité donnée, même quand il est inexistant. Qu’ils se baignent, qu’ils mangent, qu’ils se brossent les dents… pour toute chose ils remercient le chef de l’état; même quand ils construisent leur propre maison, ils crient : »nous contribuons aux 5 chantiers du chef de l’état ». Quand ils arrangent leurs propres parcelles, ils clament, « nous contribuons à la révolution de la modernité du chef de l’état ». Il suffit que ce dernier prononce un discours quelque part, ils retiennent une phrase et en font leur référence. Attentifs et très concentrés, ils sont à l’écoute de la moindre phrase qui sortirait de la bouche du corbeau pour en faire une propagande. Hier c’était  la « cohésion nationale », Aujourd’hui c’est « le Congo est un pays debout ». A quoi vont-ils associer ces deux phrases! Seul l’avenir nous donnera raison.

Le pauvre corbeau! Assis sur son arbre perché, il tient dans son bec un fromage de 2345000 km2, assaisonné des cuivre, cobalt, petrole, coltan et  plein d’autres minerais. Il fait confiance aux renards qui lui jettent des éloges matin, midi et soir, en oubliant qu’ils n’en veulent qu’à son fromage.  Les uns lui demandent de revoir la constitution chimique du fromage afin de le conserver le plus longtemps possible, d’autres lui demandent quelques morceaux de fromage en échange de leur soutien. 

Le silencieux corbeau!  laissera-t-il tomber le fromage comme dans la fable de Lafontaine? ou acceptera-t-il de le partager avec ses « amis-ennemis », les renards! Il ne parle pas, il ne fait que regarder les uns et les autres se battre entre eux pour lui témoigner leur fidélité. Comment va-t-il parler, lui qui a un si grand fromage  dans son bec!  Trop préoccupé à savoir quelle formule appliquer pour conserver le fromage le plus longtemps possible.

Si dans la fable de La Fontaine, l’histoire valait bien un formage, sans doute, au pays du léopard, l’histoire vaut bien un riche pays.Car tout flatteur vit depend de celui qui l’écoute.

3 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *