Kinshasa : les coupures d’électricité, nous en avons marre !

Article : Kinshasa : les coupures d’électricité, nous en avons marre !
12 avril 2016

Kinshasa : les coupures d’électricité, nous en avons marre !

Depuis plusieurs années à Kinshasa, les coupures intempestives du courant sont de plus en plus insupportables et rendent notre quotidien difficile. Le courant est coupé chaque matin vers 5 heures, pour être remis au bon vouloir des techniciens de la Société Nationale d’Electricité (SNEL) à minuit, pendant que tout le monde dort.

La distribution n’est qui plus est pas équitable : les quartiers riches (Gombe, Limété Résidentiel, Ma-campagne) sont moins victimes de coupures aussi longues. Mais les autres, ceux des « pauvres » (les nôtres !) sont victimes de ces coupures comme nulle part ailleurs.

IMG_20160406_101600  IMG_20160406_101540

Le calvaire

A Mont-Ngafula, une commune de Kinshasa, les enfants et les femmes parcourent de longs kilomètres pour pouvoir moudre le maïs et/ou le manioc au moulin électrique. Un petit garçon portant un sceau de maïs sur la tête nous raconte : « après l’école, je suis obligé d’aller dans les quartiers environnants chercher le moulin, afin de moudre le maïs. Sans cela, on ne peut pas manger à la maison ». Quand aura-t-il le temps de faire ses devoirs ? Comment pourra-t-il espérer réussir dans ses études ? Ainsi, un simple problème électrique peut affecter le quotidien mais également le futur de ces enfants.

Ras-le-bol

Tout comme ce jeune garçon, nous sommes nombreux à subir les délestages intempestifs, à être victimes de surtension ou encore d’électrocution à cause des câbles non couverts dans les rues. Que fait la SNEL à Kinshasa ? Quel est l’avenir du barrage électrique d’Inga, aujourd’hui géré par la compagnie congolaise mais convoité par des sociétés étrangères ?

Et si vous laissiez la place aux plus compétents que vous… ?

La honte ! C’est là le sentiment que devraient avoir les dirigeants de cette société. Alors que le monde évolue, les privés travaillent avec le gouvernement, la SNEL continue à avoir le monopole de la distribution électrique du pays alors que tout prouve qu’ils ne sont pas en mesure d’assumer ce rôle seul. La privatisation, par l’octroiement aux particuliers du droit de distribution du courant électrique, serait une bonne solution.

Partagez

Commentaires

Jean Hubert Bondo
Répondre

Bonjour Le nôtre,
Les coupures d'électricité c'est notre lot quotidien. A Mbujimayi c'est pire. Félicitation pour ton billet. Je ne savais pas que tu étais aussi Mondoblogueur comme Guy, Didier et moi.

Saka
Répondre

salut jean hubert oui je suis mondoblogueur depuis un temps. certes après vous...

Mawulolo
Répondre

De 00 h à 5 h, c'est juste pour alimenter les boîtes de nuit ou quoi ?

Saka
Répondre

effectivement, on peut bien s'imaginer cela

Bruno
Répondre

A Ma Campagne on a du courant et moins de coupures, c'est vrai, mais le courant dépasse difficilement les 145 volts au lieu du 220 volts. Parfois il descend en dessous de 100 volts et presque rien ne fonctionne normalement.
Pourtant sur les parkings de la SNEL on ne voit presque que des gros 4x4. Cherchez l'erreur.