Kinshasa: Quand la pluie déshabille la « Révolution de la modernité »…

« Le Congo va mieux qu’il y a 15 ans, beaucoup mieux qu’il y en a 5 et son état s’améliore chaque jour d’avantage», phrase tirée d’un discours de Monsieur le Président de la République en 2011, lors de son élection pour son dernier mandat officiel, selon la constitution.  Tout allait bien, si bien qu’on est passé des « 5 chantiers »  vers « la révolution de la modernité » en 2011, comme projet de société du gouvernement. Un progrès certes !

 

Un progrès qui peut être remarqué même à la télé, dans les spots publicitaires et les sites internet. Le pays vit au rythme des constructions à grandes échelles,  réhabilitations des routes, stabilité et croissance macro économique… Tout  semble remettre le pays dans ses railles. De l’hôtel du gouvernement en passant par  la construction des stades municipaux ; de l’aérogare de Nd’jili   au boulevard du 30 juin, le « mariage » hétérosexuel entre le Congo et la  Chine semble bien porter ses fruits.

Tout passait pour normal quand soudain, dame la pluie vient déshabiller « la révolution de la modernité ».   3 jours d’intenses pluies ont suffit pour que le monde découvre Kinshasa dans son état naturel, toute nue, sans  habit plaqué, nommé « révolution de la modernité ».  Ces intenses pluies ont montré, enfin la vraie face de Kinshasa, celle que nous connaissons, celle que nous vivons, nous les fils du pays, le petit peuple. Ce Kinshasa que vous ne voyez pas de là haut, si vous y êtes bien sûr !  Celle qui n’est pas diffusée à la télé, ce coté de la ville qui n’est pas en format 3D comme dans les spots publicitaire de la « révolution de la modernité ».

Kin la Belle transformée en Kin la poubelle, le déshabillage de la « révolution de la modernité » dans la ville de Kinshasa par dame la pluie, nous dévoile une ville au corps atteint de la malnutrition  aiguë. Les rues asphaltées détruites, les maisons inondées,  les ponts déchirés…

La route nationale N°1 coupée en 2 rives, où se passent des scènes plus qu’insolite suscitant larmes et sourires aux passagers qui empreinte cette route.
12308698_10207284201090915_2109159121001958763_n12347760_10207284200330896_6834596152753748970_n

les quartiers longeant la périphérie des rivières sont tous inondés aux allures d’un baptême par immersion; transformant ainsi, une partie de la ville en Venise Made in Congo.

inondation au bord de la rivière N'Djili CUpSauBWwAAQhCL CUpSkcHWUAAsoyP

La légendaire avenue de l’université voit naître en son sein un nouveau « Libulu Manzengele », sous les regards inquiets de la population habitant les quartiers environnants.

12316440_10207284191930686_3238046851231286106_n

Comme si cela ne suffisait pas, la célèbre REGIDESO (Régie de Distribution d’Eau) tombe en panne, privant ainsi la partie Est de la ville de l’eau potable. Eau qui, quand elle coulait encore, n’était qu’à compte-gouttes, coulant aux heures creuses et loin d’être potable vu l’état des tuyaux qui assurent la conduite de celle-ci dans nos ménages .

Déshabillée, notre chère ville, Kinshasa la belle, Kin la capitale, le siège des institutions ne ressemble plus qu’à une gigantesque poubelle habitée par plus de 10. 000000 de personnes. Ne laissant plus de quoi  dire le Congo va mieux qu’il y a 15 ans, beaucoup mieux qu’il y en a 5 et son état s’améliore chaque jour d’avantage! si non aux yeux de ceux qui veulent faire palabre au lieu déposer du papier dans une urne.

 

 

 

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *